retour à l'accueil

Exoendogenese - festival accès(s) — cultures électroniques //

 

Installation

Caroline Cotterau cherche dans son travail pictural et performatif, à dépasser les oppositions binaires entre réalités conscientes, inconscientes, virtuelles et spirituelles pour tendre vers la fusion de ces différents états de conscience. Préfigurant une intelligence connectée combinant télécommunications, informatique, nanotechnologie, bio-ingénierie et pharmacologie, elle se livre à des performances visant à atteindre par le corps et l’esprit, des états de conscience modifiée. Grâce à l’ingestion de pinoline, un neuromédiateur du système nerveux central, elle nous donne à voir et à entendre sous la forme d’une installation visuelle et sonore, une expérience intérieure hors du commun, approche possible d’une conscience universelle.

 

Diplômée de l’école d’art de Montpellier, Caroline Cottereau est artiste mix-média et tatoueuse depuis une vingtaine d’année. Elle mène une recherche sur le thème du tatouage, des biotechnologies et des rituels chamaniques ainsi que sur les liens unissant consciences et réalités, qu’elle présente lors de conférences ( « Meta. Morf Biennal for Art and Technology » en Norvège en 2010, Musée d’art moderne et contemporain de Berardo à Lisbonne en 2011). Ces travaux, publiés dans des catalogues et revues spécialisées, sont régulièrement repris par l’artiste-chercheur Roy Ascott lors d’interventions et d’enseignements donnés au « Art and Technoscience : Practices in Transformation » d’Helsinki, au « Skilled Art » de Guimaraes ou encore au FACT TateLiverpool.


Exoendogenese-Caroline-Cottereau.jpg

Exoendogenèse
Performance/Installation.
Caroline Cottereau Meurée 2013.


Descriptif de la performance/Installation :

Absorption, dans une darkroom uniquement éclairée par des rayonnement ultraviolets, d'une solution contenant le neuromédiateur Pinoline* lui même réactif au rayonnement ultraviolet.
Assimilation du composé. 3Heures.
Intérieur de la darkroom. Récupération dans un bécher de l'urine contenant le métabolite (résidu organique issu de la transformation de la pinoline par le métabolisme, qui se trouve être une beta-carboline tout comme la pinoline), lui même réactif au ultraviolet.
Utilisation de l'urine afin d'effectuer un « action painting » hybride sur les surfaces intérieurs de la darkroom.

L'ensemble de la performance est filmée.

Diffusion du teaser de la performance au sein de la darkroom.


(*)Pinoline : La pinoline [et autres b-carbolines endogènes(naturellement produit par l'organisme)], neuromédiateur du système nerveux central est intimement liée au rêve et aux états de conscience modifiée, on la retrouve impliquée lors de différentes phases du sommeil, ainsi que lors des N.D.E., des transes induites par la danse, l’épuisement, ou encore la méditation; considérée comme étant le vecteur, le médiateur d’autres réalités.


Explication :

J.C. Callaway( Dept. of Pharmaceutical Chemistry, University of Kuopio, Finland.), a démontré que l'une des particularité de l'action des beta-carbolines est d'augmenter le nombre de connexion synaptique des cellules nerveuses, ou masse neuronale.
En absorbant le neuromédiateur pinoline et en utilisant son métabolite(présent dans l'urine) comme pigment lors de « l'action painting », mon approche est de tendre vers une maîtrise consciente du processus neuronal et cognitif de l'action de la pinoline. Ce processus se retrouve projeté sur la toile et est manipulé en direct sous forme d'une modélisation(biofeedback).

Clins d’œil à Yves Klein, Jackson Pollock.


Exoendogenese-Caroline-Cottereau2.jpg

Exoendogenese-Caroline-Cottereau3.jpg

Exoendogenese-Caroline-Cottereau4.jpg

Exoendogenese-Caroline-Cottereau5.jpg

défaut/Caro Arte


Vidéo: Vincent Lanzolla Vincent Raky
Montage vidéo: Valéry Meurée